Editorial

Polars chinois: Qiu Xialong est à découvrir!

hero Inspecteur de police à Shangai, mais aussi un poète et traducteur reconnu des autorités chinoises aux confins de l’an 2000, le camarade Chen Cao évolue d’enquête en enquête dans la Chine des années 90. Bouleversement des habitudes, règlements de compte entre services, jalousies, et pendant ce temps-là, une Travailleuse modèle de feu la contre-révolution est assassinée. A la façon classique, l’enquête linéaire retrouve le souffle des grands romans policiers de nos régions. Faut-il y voir un effet de reflet? Le camarade inspecteur Chen est insondable, comme le sont Maigret ou Philip Marlowe.Xialong dépeint un inspecteur marginal qui sait toutefois profiter du système qui l’a promu patron des brigades spéciales, et qui le laisse parallèlement exercer son talent de traducteur. On sent là l’influence formidable du pays d’adoption de Xialong, l’auteur émigré à Saint-Louis, au coeur des Etats-Unis. S’il y a une passion de la langue de T.S. Eliot, il y a surtout une connaissance approfondie de la vie chinoise, de ses habitudes, ainsi que la mentalité des personnes de pouvoir. Ainsi Chen se faufile-t-il entre les mailles de la tradition, dans la plus stricte légalité, oscillant entre la modernité du pays en pleine mutation post-communiste et les caboulots où il sait que l’on se régale à toute heure du jour et de la nuit. Empreinte indélébile de sa culture, les romans sont truffés de plats en sauce décrits par le menu et de citations de poètes de l’Antiquité dont on aurait tort de sauter la lecture. Parfois même, ces citations permettent aux protagonistes de l’action de communiquer en une seule citation, ou de répondre, à un moment critique, à un opposant qui risque de vous apprécier pour votre culture.

Alors une bonne nouvelle: Xialong sort son prochain roman à la fin février, et nous vous le ferons découvrir dès que possible. Et pourquoi pas, dans le catalogue…

Laisser un commentaire